28 janvier 2009

Le quatuor d'Alexandrie- Lawrence Durell

En novembre 2008, pour la troisième fois, j'ai lu le Quatuor d’Alexandrie, avec un peu d’appréhension, comme toujours quand on relit un livre pour lequel on a eu un vrai coup de cœur…Il est vrai que la première fois que je l’ai lu, j’avais 12 ans…peut être mes goûts avaient un peu changé.

Mais, une nouvelle fois, le bonheur ….

Justine, d’abord, surtout, le premier volet de ce récit somptueux : l’histoire est difficile à résumer … le chassé croisé amoureux de quatre personnages : le narrateur, jeune professeur anglais, qui vit avec Mélissa, danseuse d’origine Grecque, Justine, femme fatale qui étourdira d’amour le narrateur, et Nessim, le mari de Justine, un riche banquier copte, tout en noblesse et subtilité.

On le comprend bien vite, le vrai personnage central, c’est Alexandrie, une ville d’ombre et de lumière, débridée, aux milles visages, mélange de culture et d’histoire : « Je reviens vers la ville où nos vies se sont mêlées et défaites, la ville qui se servit de nous, la ville dont nous étions la flore, la ville qui jeta en nous des conflits qui étaient les siens, et que nous imaginions être les nôtres ; bien aimée Alexandrie ». Alexandrie est le moteur de la vie des protagonistes.

Le personnage de Justine est tout aussi fascinant que la ville : d’origine juive, elle est belle, d’une beauté ténébreuse. A la fois objet de désir et sujet d’attention de tant d’hommes, elle est indéfinissable et mystérieuse. « Comme tous les êtres amoraux, il y a de la déesse en elle. » dit Cléa, un autre personnage qui prendra de l’importance dans le dernier livre du Quatuor, et qui a eu aussi une aventure avec Justine.

« Justine et sa ville se ressemblent en cela qu'elles sont toutes deux une forte saveur sans avoir un caractère réel. »

Les deux livres suivants du Quatuor, Balthazar et Mountolive sont comme des miroirs, ou plutôt des prismes : c’est la même histoire  mais avec des éclairages différents ; on découvre par exemple qui est véritablement le grand amour de Justine, les raisons de son mariage avec Nessim. Des évènements, restés mystérieux ou déformés par le narrateur dans Justine sont mis en lumière. On découvre aussi d’autres pans de l’histoire : Narouz, le frêre de Nessim, qui va devenir fanatique, Mountolive, le consul anglais, sa liaison avec la mère de Nessim…

Le lecteur se fait balloter d’une version à l’autre et a l’impression de découvrir à chaque fois la «réalité », une réalité bien éphémère.

Cléa, le dernier tome, est la suite des évènements : le retour du narrateur à Alexandrie au miieu de la seconde guerre mondiale. Le rêve est brisée, tout semble plus réel, moins fantasque, et sans doute plus humain….

A lire et déguster !

Posté par lolv à 22:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Le quatuor d'Alexandrie- Lawrence Durell

Nouveau commentaire